Historique

Plagne AIME 2000, le plus haut des dix satellites de la Grande Plagne

 

La résidence Aime 2000 (1969-1970), baptisée le Paquebot des neiges, est dotée d'une vue imprenable sur le Mont blanc.

A partir des contraintes topographiques et géologiques et des exigences économiques, l’architecte Michel Bezançon fait le choix d'un bâtiment unique d'une capacité d'environs 2500 lits.

Il réunit les caractéristiques des stations intégrées: altitude élevée pour la neige, accès résidence skis aux pieds, séparation des voitures et des skieurs.

 

Le concept est fondé sur les principes suivants:

  • concentration du bâti pour libérer l'espace,
  • conception collective et fonctionnelle du loisir

 

L'architecture est moderne, avec ses toits terrasses, larges balcons, forte densité et fonctionnalité... 

La spécificité du paquebot des neiges est d'offrir à ses occupants la possibilité d'accéder à tous les services sans avoir à sortir du bâtiment.

La galerie commerciale, située au niveau G du bâtiment regroupe ces services. Elle permet également d'accéder directement au front de neige.

 

Un bâtiment classé le 14 avril 2008 au patrimoine architectural du XXème siècle

 

Méconnue et souvent mal comprise ou mal perçue, la production architecturale du XXe siècle fait pourtant partie de notre culture commune, de notre identité et de notre patrimoine.

La diversité des matériaux, des courants esthétiques, des programmes fait évidemment écho à l'histoire du siècle et aux évolutions techniques, économiques, sociales, politiques et culturelles qui ont traversé le monde contemporain à l'échelle locale comme à l'échelle mondiale.

Afin de porter un nouveau regard sur ce patrimoine récent, et surtout d'encourager la sensibilisation des publics à cette architecture et à son environnement urbain, le ministère de la Culture et de la Communication a créé en 1999 le label « patrimoine du XXe siècle ». Celui-ci a pour vocation de distinguer des réalisations significatives du siècle écoulé.

La distinction par le label n'a aucune conséquence fiscale, financière (subvention par exemple) ou règlementaire directe. Les interventions, notamment celles liées à l'amélioration des performances énergétiques et environnementales ne doivent cependant pas avoir pour effet de dénaturer l'architecture du bâtiment. Les collectivités, sensibilisées, à la préservation de ce patrimoine récent, peuvent prendre des mesures de protection dans le cadre de leur plan local d'urbanisme.

Une fois l'édifice labellisé, l'objectif étant la sensibilisation du public, il a été apposé une plaque avec le logotype national indiquant le nom de l'édifice, ses dates de construction ainsi que l'identité du maître d'œuvre.

Le label « Patrimoine du XXe siècle » a pour seul objectif la sensibilisation à l’architecture moderne, souvent méconnue du grand public.

Le label est décerné au bâtiment, sans limitation de durée.